La Basse Dranse se refait une beauté 

 

La Dranse en hiver

Le SIAC (labellisé EPAGE), dans le cadre du contrat de rivières des Dranses et de l’Est Lémanique, sera le maitre d’ouvrage de travaux de restauration physique sur la partie aval de la Dranse (entre le pont de la Douceur et le delta de la Dranse), en 2021 et 2022. Ces travaux, véritable coup de pouce à la nature, ont pour objectifs de redonner de la mobilité à la rivière et de prévenir des risques d'inondations en créant de nouveaux chemins d'écoulement, en aménageant les berges grâce à la gestion de la végétation envahissante.

Contexte

Autrefois la Basse Dranse, entre le Pont de la Douceur et le delta de la Dranse, présentait un vaste espace où la rivière pouvait divaguer. À la suite d’une forte pression d’urbanisation sur ce secteur depuis les années 1950, le lit de la rivière s’est rétrécit et les bras secondaires se sont déconnectés progressivement.
De plus, la végétation composée dans une large partie de plantes invasives (le buddleia, la renouée du japon, le solidage, le faux acacia), a repris le dessus notamment sur les bancs de graviers déposés par la rivière.
Enfin, la crue de de 2015 a mis en évidence des risques d’inondation sur cette partie aval de la Dranse.

 

Les travaux

La restauration physique des cours d’eau s’impose comme la nouvelle priorité pour leur bonne santé. On sait qu’une rivière abîmée fait autant de tort à la vie aquatique que la pollution des eaux. Ces travaux permettent de simplement donner un « coup de pouce à la Nature ».

Dranse printemps

Objectifs

  • Restaurer le fonctionnement hydromorphologique de la Basse Dranse : il s’agit de recréer des espaces de mobilité de la rivière en réalisant des « tresses », c’est-à-dire plusieurs chemins d’écoulement ;
  • Rétablir le transport sédimentaire : la végétation s’est fortement développée dans le lit de la rivière, empêchant les graviers d’être transportés lors de débits importants. La gestion de cette végétation permettra également de réduire le risque d’accumulation naturelle de bois et branchages apportés par la rivière (embâcles) ;
  • Restaurer la dynamique écologique des berges : en laissant la rivière évoluer plus naturellement cela permet un rajeunissement régulier de la végétation, en aménageant de manière écologique et paysagère les berges de la rivière sur certains secteurs qui présentent des risques d'inondations lors de fortes crues (APEI de Thonon les Bains, camping de Marin) ou des des risques d'instabilité (Vignes de Marin, RD 902, seuil de Vongy).

 

Nature des travaux

  • Défrichement de la végétation envahissante sur les bancs de graviers,
  • Terrassements comprenant le déblai de graviers apportés par le cours d'eau (atterrissements), et réutilisation de ces matériaux dans les zones érodées,
  • Griffage du sol et réalisation d’encoches d’érosion afin que la Dranse remobilise de nouveau naturellement les sédiments,
  • Aménagement de berges avec des techniques de génie végétal.

 

Mesures mises en place pour minimiser l’incidence des travauxvisites dranse crepuscule

Le secteur d’intervention des travaux comprend la réserve naturelle de la Dranse, un milieu qui renferme des espèces et habitats d’espèces remarquables au niveau européen (castors, micro-mammifères, amphibiens, oiseaux, reptiles, chauve-souris). 

  • Les périodes d’intervention sont établies en fonction des périodes de reproduction des espèces afin de ne pas les déranger,
  • La création de gîtes pour des espèces menacées.

 

 

Le projet

Porteur du projet

Le Syndicat Intercommunal d’Aménagement du Chablais (SIAC), porteur du Contrat de Rivières des Dranses et de l’Est Lémanique, en concertation avec les Intercommunalités (Thonon Agglo, CCPEVA), représentants de la pêche, ASTERS (Conservatoire des espaces naturels de la Hautes Savoie), services de l’Etat, Département de la Haute-Savoie, les propriétaires concernés par les travaux.

Durée des travaux

2021 à 2022

Montant des travaux

5 497 450 Euros HT

Financements

75% d'aides en prévisionnel par l’Agence de l’Eau et le Département de la Haute Savoie. Part d’autofinancement restante à la charge de Thonon Agglomération et de la CCPEVA.

En résumé

Les travaux d'amélioration de la dynamique écologique de la Dranse sur sa partie aval est un projet ambitieux de territoire pour de la restauration physique de rivière. Il concerne un linéaire de .... et permet de répondre à des problématiques diverses comme environnementales, sédimentaires et hydrauliques en un seul chantier. :

  • L’intérêt de la réserve naturelle de la Dranse est lié à la dynamique alluviale de la rivière et à son pouvoir régénérant, notamment sur les îlots situés dans son cours, c’est pourquoi la restauration physique de la Basse Dranse sera bénéfique à la biodiversité de la Réserve,
  • La prévention des risques d’inondations pour les riverains en cas de futures crues.

 

L'info en plus :

Visionner cette courte vidéo pour en savoir plus sur la gestion des cours d'eau